Le respect de l’oralité et du registre dans la traduction persane des poèmes de Jacques Prévert

Résumé

Dans la traduction d’une œuvre littéraire, la question de la transmission appropriée du registre utilisé en langue source exige la connaissance parfaite du traducteur des deux langues de départ et d’arrivée pour respecter la fidélité à l’original, en trouvant des équivalents adéquats. Parfois, il arrive que dans la traduction d’une œuvre, sa langue orale et par conséquent son registre de langue (familier ou argotique utilisé plutôt à l’oral) soient négligés et donc, le style de l’auteur ne soit pas bien rendu dans la traduction.

Dans cet article, nous tentons d’aborder l’importance de la transmission de l’oralité dans la traduction. Dans ce sens, nous étudierons quelques poèmes choisis du poète contemporain, Jacques Prévert, dans une analyse contrastive avec ses traductions persanes faites par Chamlou et Parsayar

Mots clés