Le comte de Gobineau et la naissance de l'âme franco-iranienne !

Résumé

Tout visiteur de l'Iran contemporain y note l'intérêt constant porté à l' œuvre littéraire du comte de Gobineau (1816-1882), appréciée par les raffinés de tout temps, et tenue ; au contraire, en mépris par nos gens qui se refusent à en prendre connaissance pour des raisons idéologiques, -dont la relation privilégiée avec  son contemporain à peine plus âgé, Richard Wagner (1813-1883) n'est pas des moindres1.-Gobineau, qui fut diplomate après la reprise des relations franco-iraniennes consécutives à la Paix de Paris consacrant la défaite de la Russie en Crimée et l'appétit franco-britannique ainsi encouragé en Eurasie par l'exclusion de la puissance chrétienne orthodoxe, de la Méditerranée, a révélé non seulement la « Perse » d'alors à ses compatriotes, mais fait de ses observations la matière de ses nouvelles asiatiques, un miroir où s'est reconnue l'âme iranienne, composant ainsi, à la façon d'un démiurge ou du sculpteur qu'il était -et très doué- une âme franco-iranienne.

Mots clés